Quand les usages nomades renouvellent l’e-commerce

Les appareils mobiles, tablettes et smartphones sont de plus en plus utilisés dans notre vie quotidienne. Il n’y a qu’a voir la dernière étude de l’Arcep et du CGEIET qui indique que 88 % des Français sont équipés d’un téléphone portable, dont 29 % de mobinautes. Soit une hausse de 8 points en un an ! L’e-commerce n’échappe pas à cette vague de la mobilité.
Chez nos voisins américains, comme chez nous dans une moindre mesure, l’e-commerce s’adapte pour répondre à ces nouvelles tendances.

Sont fous ces ‘ricains !

D’après une étude de Monetate, 2012 marque l’envolée du trafic des sites e-commerce depuis les smartphones et surtout les tablettes. Entre le quatrième trimestre 2011 et le troisième trimestre 2012, les connexions se sont respectivement accrues de 119 % et 161 % aux USA. D’autre part, l’enquête précise qu’un américain sur cinq fait ses achats en ligne depuis son terminal mobile quand ils n’étaient que 8 % l’année dernière.

trafic-tablettes-tactiles

Source : ya-graphic.com

Les Américains sont clairement en avance en matière d’achat mobile. Preuve en est, la fièvre acheteuse qui s’est emparée d’eux lundi dernier, à l’occasion du Cyber-Monday, point d’orgue de l’achat en ligne pour la période des fêtes. Pendant cette journée, les e-commerçants ont fait des promotions monstres, et les internautes ont répondu présents.

Selon IBM, qui a compilé les chiffres du dernier Cyber-Monday, les ventes en ligne ont progressé de 30 % pour atteindre une recette d’environ 2 milliards de dollars. La part des achats réalisée via les appareils mobiles a atteint les 18 %, soit une progression de 70 % par rapport à l’année dernière. D’après PayPal, le volume des achats mobiles lors du Cyber Monday s’est accru de 190 % en comparaison à 2011.

Si en France le phénomène du Cyber-Monday est peu développé, certaines grandes enseignes comme Apple, Amazon ou la Fnac se sont prêtées au jeu, offrant des réduction de 10 % à 50 %. Mais nos performances nationales sont loin d’égaler celles de nos voisins américains, tant au niveau du Cyber-Monday que de l’usage des appareils mobiles dans l’achat en ligne. Pourtant, en France aussi, les e-acheteurs sont de plus en plus nomades…

Mise en branle des entreprises

Les entreprises surfent les tendances

Si les consommateurs se tournent de plus en plus vers le mobile pour acheter en ligne, les entreprises ne sont pas en reste. Elles planchent même sur des moyens pour développer l’expérience d’achat mobile et proposer des services tout aussi performants que sur le web.

Dans cette optique, IBM a fait un point sur les solutions de Smart Commerce. Ces dernières permettent aux commerçants de placer le client au centre de leurs décisions tout au long du processus d’achat. Selon Pascal Gaussen, directeur en charge de Smarter Commerce chez IBM France, l’e-commerce subit actuellement une transformation due à la « généralisation du cross-canal, de la mobilité et des réseaux sociaux ». Ainsi, pour IBM, la gestion des commandes et des stocks via des appareils nomades, le paiement par mobile et le « nomadisme des vendeurs et des acheteurs » représentent les grandes tendances de 2012.

Comme le souligne l’étude Monetate, le trafic issu des appareilles nomades progresse et le taux de conversion des tablettes tactiles, largement supérieur à celui des smartphones, augmente aussi. Les e-commerçants ne peuvent plus ignorer la tendance.

Seul bémol, les mobinautes et les tablonautes se plaignent de ne pas avoir accès aux mêmes services que sur les versions web, d’après une étude d’Acquity. Les sites mobiles ne seraient pas encore suffisamment optimisés pour accueillir ce public qui surfe sur des écrans plus petits, moins précis et aux capacités techniques plus limitées. Cette enquête relève notamment que si 76 % des sites web disposent de l’affichage par zoom sur les produits, ils ne sont que 36 % des sites à le proposer sur le mobile.

Pour espérer séduire, les sites mobiles devraient s’adapter aux caractéristiques et aux capacités techniques des terminaux. D’autre part, les e-commerçants devraient mettre en place un parcours d’achat plus souple avec, par exemple, la possibilité de réserver via son mobile et d’aller chercher l’article en boutique. Selon Acquity, les e-boutiques ont une carte à jouer sur ce créneau pour se positionner face à Amazon ou à eBay, et favoriser l’engagement des clients.

Enfin, en dehors de l’expérience d’achat mobile, les réseaux sociaux, avec les recommandations des proches, impactent de plus en plus notre façon de consommer sur Internet, comme ils ont modifié notre manière de rechercher des informations. Mais c’est une autre histoire…

Article classé dans :

Agence LunaWeb,
concepteurs d’expériences web.

Envie d’en savoir plus ? Vous pouvez consulter le site de notre agence, faire un tour sur nos satellites et vous abonner à notre newsletter.