Mobilité et responsive webdesign, pour les pros, aussi (si si !)

Adieu Blackberry, bonjour téléphone intelligent ! Les smartphones et même les tablettes trouvent désormais leur place dans la sphère professionnelle, après une longue période d’observation.

Les études sur ces usages professionnels sont relativement rares, mais depuis peu elles se font plus nombreuses sur la mobilité en environnement B2B ; à l’inverse, des usages des mobinautes « particuliers » dans leur vie quotidienne, très documentée et que nous avons évoquée dans notre portrait des mobinautes en France ou l’article sur les utilisateurs de tablette en France.

Qui dit usage du mobile chez les pros, dit navigation et consommation de services web mobiles, et forcément me revoilà avec mes sabots du web adaptatif aussi pour les pros. Voici pourquoi :

Les usages mobiles des professionnels

L’étude la plus complète à ce sujet (et qui concerne la France, pour une fois) est celle menée par le cabinet d’études Markess International : Etude Markess : usages mobiles professionnels en France.

On y apprend notamment que les professionnels sont deux fois plus nombreux en 2011 à utiliser des smartphones dans le cadre du travail qu’en 2010 : de 6 %, nous passons à 11 %, pour frôler les 17 % en 2012 et les 23 % en 2013. À ce sujet, Gartner annonce d’ailleurs que 50 % des e-mails professionnels seront lus sur un terminal mobile en 2016.

Sans extrapoler, on peut dire que les usages mobiles répondent à un besoin et à une évolution de nos habitudes : nous sommes de plus en plus mobiles (géographiquement cette fois-ci) et la notion même de lieu de travail évolue. Bref, sans partir sur des projections socio-économico-philosophiques, les usages mobiles sont installés et ils se démocratisent à vitesse grand V, à la fois dans la vie personnelle et professionnelle.

Cette jolie infographie vous est offerte par Markess International

L’étude sus-citée nous apprend aussi que la consultation de documents est le premier usage professionnel sur smartphone ou sur tablette (54 %), suivi de la réception et de l’envoi de messages textes (52 %) loin devant le simple fait de… téléphoner (41 %).

Ce que nous confirme l’anglais O2, qui a mené aussi sa petite étude, au niveau mondial et tous usages confondus (pro et perso) : on utilise plus son smartphone pour surfer sur le Net (1ère place) que pour téléphoner (5e position).

Et le responsive webdesign dans tout ça ?

Le smartphone n’est donc plus qu’un simple téléphone portatif, mais bien un terminal utilisé pour s’informer et in fine pour travailler.

Si on se concentre sur les interfaces web, plus universelles que les applications mobiles, on voit ici tout l’intérêt de penser son site en responsive webdesign dans une optique BtoB (et plus seulement en BtoC donc).

Et puis, si l’on se réfère à une dernière étude (et après j’arrête, promis) les critères de sélection d’un smartphone chez les pros, nous apprenons qu’ils veulent un écran tactile et sans clavier physique. La navigation tactile est donc un élément primordial à prendre en compte à l’heure de concevoir pour un public B2B, au-delà de la taille du terminal utilisé (qui sera de toute façon plus petite que celui de notre bon vieil ordinateur fixe).

Le web adaptatif, avec sa capacité à s’adapter à tous types de terminaux (smartphones, tablettes, PC) et de contextes de navigation (ADSL, 3G, Edge…) en n’ayant qu’un site à maintenir pour tous, est peut-être votre solution.

Pourquoi ? Parce que vous pourrez segmenter depuis la même interface adapter votre contenant et votre contenu afficher le meilleur en contexte. Nul besoin d’essayer de prévoir une version différente pour chaque usage, mobile ou pas : ceux-ci évoluent tellement vite que vous risquez de mettre en ligne une version désuète et obsolète.

Nous nous sommes d’ailleurs penchés sur le sujet (vous imaginez bien) pour permettre à nos clients adorés de créer par exemple une campagne d’e-mailing tout en ayant un site d’atterrissage adaptatifs (c’est-à-dire les pages web de destination, après avoir cliqué sur le lien de l’e-mailing). Hé oui c’est possible ! La preuve en image (version desktop, tablette et smartphone) :

Newsletter Harmonie en responsive webdesign ou web adaptatif multi-plateformes

Un exemple de Responsive Webdesign en emailing

Bref, rien de bien sorcier, si ce n’est l’approche technique (une paille) et surtout, surtout, stratégique : aujourd’hui être présent ou communiquer sur le web ne peut plus se limiter aux bons vieux sites web statiques. Les particuliers et les professionnels s’équipent et se connectent de plus en plus, et veulent accéder à ce qu’ils recherchent où qu’ils soient. Ne pas prendre en compte ces usages, désormais bien présents, c’est passer à côté d’opportunités, en BtoC comme en BtoB.

Il est donc es-sen-tiel de penser sa stratégie web sur le long terme et de prendre en compte les usages actuels et à venir. Le web adaptatif est, à mon sens, l’une des réponses à ces questions stratégiques. Et je crois que je ne suis pas le seul à le penser…

Par Nicolas Le Cam

Nicolas Le Cam
Nicolas Le Cam

À propos de l'auteur

Nicolas a fondé LunaWeb en 2004. Passionné d'ergonomie Web, d'utilisabilité et d'analyse des comportements utilisateurs, il revendique l'Internet fait à la main ; à la mesure des besoins de l'internaute. Grand amateur de café, chineur éclairé sur LeBonCoin, fan de photographie et donc d'Instagram, il passe le plus clair de son temps à faire son métier...