Quelques bonnes pratiques e-mailing pour vos campagnes de la rentrée

Lancement de nouveaux produits, ouverture de nouveaux services, fidélisation de clientèle et politique relationnelle auprès de ses consommateurs… La rentrée est LA bonne période pour concevoir des campagnes d’e-mailing efficaces. Voici quelques conseils techniques pour assurer la meilleure délivrabilité et utilisabilité à vos messages.

Quelques bonnes pratiques pour vos campagnes e-mailing en cette rentrée 2009La première phrase : votre accroche

Les utilisateurs d’Outlook, et plus largement tous les bénéficiaires de services de notification email (web ou messagerie logicielle), reçoivent trop souvent des e-mails qui font apparaître dans la barre de notification système une fenêtre contenant la très connue phrase « Si vous ne voyez pas correctement cet e-mail, veuillez cliquer ici ». Pas très engageant, surtout quand l’e-mailing contient des images qui sont par défaut masquées…

Popup outlook

On peut tourner à notre avantage cette fonction de notification en commençant notre e-mail par une phrase d’accroche spécialement dédiée à ces affichages en popup ou à la suite du champ Objet du message (ex: Gmail) :

Header de mail

Ainsi, dès la réception du message, et avant même son ouverture, vous envoyez un signal positif à vos lecteurs : une information concise, dédiée, et résumant en quelques mots les avantages incitant à ouvrir le message. La plupart des messageries bloquant par défaut l’affichage des images, il convient donc de faire du teasing auprès des destinataires.

Popup outlook

En choisissant vos mots avec précaution, les destinataires seront certainement plus séduits et vous boosterez votre taux d’ouverture.

Attention : dans cette accroche, ne promettez pas plus de choses que vous n’en délivrez. Le bouton « Signaler comme spam » est à portée de clic du destinataire, et s’il est déçu il n’hésitera pas à s’en servir (problème que nous traiterons dans le mailing ci-après).

Les liens de désinscription

Comme je viens de le dire plus haut, le bouton « Signaler comme spam » est à portée de clic du destinataire… Nous allons ici voir comment augmenter la traçabilité de nos utilisateurs mécontents en les invitant à se désinscrire correctement plutôt que de mettre nos e-mailings dans leur boîte à spam.

Notre hantise à tous : être blacklisté

De nombreux facteurs sont à prendre en compte afin d’éviter d’être considéré comme générateur de spam, nous ne pourrons ici vous faire la liste (très longue) des points sur lesquels il convient d’optimiser le message (fond, forme, aspects techniques de routage, …), mais globalement, retenez que lorsque votre code est bien ficelé et que votre sujet ne répète pas certains mots-clés « sensibles », un seul déterminisme subsiste pour déclasser votre message : le destinataire.

Barre d'outils gmail

Avec l’apparition du spam en masse, les clients mail ont proposé par défaut un bouton « Signaler comme spam » dans la barre d’outils du logiciel. À cause d’abus répétés de certains expéditeurs, cette fonction est malheureusement devenue un réflexe chez les internautes qui en ont marre de chercher des manières peu fiables de se désinscrire des listes de diffusion de grands commerçants et autres boutiques en ligne que je ne citerai pas.

Trop de retours pour spam, une base d’e-mails pas à jour, et vos futures campagnes marketing risquent de tomber à l’eau…

Ne plus jamais atterrir dans les spams du destinataire

Notre e-mail n’intéresse pas le destinataire ? No problemo, mettons-le en confiance en lui montrant un lien de désinscription  fonctionnel en bas de nos e-mails, c’est à dire là où il est habitué à aller le chercher. Ce lien devra renvoyer vers une page claire et concise, dans la langue du destinataire et possédant les informations de ré-assurance de circonstances : vous ne serez plus contacté, votre e-mail n’a pas été cédé à une base tierce, merci de votre visite…

Pour augmenter nos chances de ne pas être blacklisté, proposons un lien de désinscription aussi accessible que le bouton « Signaler comme spam » : dans l’en-tête de vos e-mails.

Header mail Lunaweb avec lien de désinscription

Lorsque cette solution est mise en place, on constate un taux de désinscription parfois doublé. C’est autant d’e-mails envoyés qui n’atterriront pas dans les spams de vos destinataires, donc qui n’augmenteront pas vos (mal)chances d’être blacklisté… Et d’économies pour vos prochains envois.

Tout n’est pas perdu

Lorsque le destinataire a cliqué sur ce lien de désinscription, vous pouvez contrôler son point de chute et lui proposer quelques alternatives : modification de ses préférences d’abonnement (pour lui permettre de newsletters connexes…), formulaire de contrôle de satisfaction (pourquoi s’est-il désabonné ?), rebond sur d’autres pages de votre site, etc.

L’optimisation des images

Si vous avez des statistiques détaillées de l’équipement de vos destinataires via votre fournisseur de routage (citons par exemple l’excellent Campaign Monitor), jetez-y un œil attentif car cette information est primordiale dans le cadre d’une délivrabilité sans faille :

Si votre audimat est constitué d’une portion non négligeable d’utilisateurs de Lotus Notes dans sa livrée 5 et 6, alors cantonnez-vous au format d’images JPEG et GIF. En effet, ce client de messagerie déployé dans les grosses sociétés ne supporte pas d’autres formats (le très utilisé PNG notamment).

Dans le cas contraire, vous pouvez aussi utiliser le format PNG pour optimiser au maximum le poids de certaines images :

  • Aplats
  • Texte sur fond uni
  • Formes simples

Petit conseil de pro : oubliez Photoshop pour faire vos exports de découpes. Il surcharge les images avec certaines méta-données inutiles dans le cadre d’un e-mailing ; et il ne dispose pas d’algorithmes aussi performants que Fireworks, que je conseille pour l’export des images web.

email-prioritaire

Article classé dans :

Agence LunaWeb,
concepteurs d’expériences web.

Envie d’en savoir plus ? Vous pouvez consulter le site de notre agence, faire un tour sur nos satellites et vous abonner à notre newsletter.