Typecast, la webfont bien à son aise

Dans notre métier, le débat autour du champ de compétences du designer n’est pas nouveau. Il avait déjà été au centre d’un échange conduit par Francis Chouquet lors de l’édition 2010 de Paris web, et régulièrement graphic et web designers s’emparent de ce sujet en constante évolution.

Mais pendant que certains s’égosillent pour savoir qui du web designer ou de l’intégrateur va se faire manger par l’autre, certains travaillent à créer des passerelles entre ces deux métiers complémentaires. C’est le cas de Front, agence irlandaise de bon goût.

Alors que nous testons déjà en interne leur solution de design adaptatif, The Goldilocks Approach, nous avons enfin reçu notre clé d’accés à la bêta de leur nouveau service, Typecast.

Typecast, c’est quoi ?

Typecast, c’est donc une application web permettant de designer des blocs typographiques avec le support des webfonts (polices web) directement dans le navigateur, c’est aussi simple que ça !

Pour ce faire, plusieurs services délivrant de la webfont sont utilisés, certains gratuits (ex: Google Webfonts) d’autres payants (Typekit en tête), pour au final une grosse centaine de fontes à disposition.

Doté d’une interface relativement intuitive, et qui s’améliorera encore très certainement (le service est toujours en bêta), l’appli se veut un pont entre le designer et l’intégrateur.

Un avant goût d’intégration, une sensibilisation au design.

En effet, si la création de ces zones de texte est rapide et très visuelle (hop on bouge un petit curseur, zou on sélectionne sa font), elle reste tout de même raccordée à l’ensemble de son pendant technique (convention de nommage, css, etc) consultable en parallèle et à tout moment lors de la création. Et c’est là que Typecast est assez génial !

Car, outre le fait que chaque élément est paramétrable, à la manière d’un outil de gestion de texte relativement simple mais efficace (text size, line height, spacing, margin, etc), il est possible in fine d’en extraire un guide de styles HTML/CSS ultra-complet à destination de l’intégrateur. Il est alors facile d’imaginer terminer sa préparation de maquettes par l’édition d’un document de ce type, voire de penser le design typographique directement dans l’appli (mais avec le problème de la présentation au client : on ne peut « rien » lui montrer).

Enfin, L’autre dimension intéressante de typecast est le fait de pouvoir facilement gérer une multitude de colonnes de tailles différentes, ce qui ouvre la porte à des visualisations « adaptatives » d’un même ensemble de blocs de texte.

Un outil à tester sur le long terme

Typecast est impressionnant de simplicité et d’efficacité, et nous pensons sérieusement le tester sur un vrai projet dans les semaines à venir. Le fait de pouvoir livrer un guide de styles complet, de pouvoir gérer ses webfonts, ses margins, ainsi que l’ensemble des styles de base d’un texte directement dans le navigateur peut en faire un outil assez complémentaire de Photoshop, qui peine lorsqu’il est question de gestion de texte poussé dans un design.

Un point noir tout de même : cette gestion du texte est totalement décorrélé du design global du projet. Si cela peut permettre une concentration optimale sur le design typographique, il nous semble compliqué de pouvoir ensuite l’intégrer au reste du travail graphique. Dans le cadre d’une présentation client par exemple, ça devient difficile.

Reste que Typecast est un bien bel outil, qu’il nous tarde de manipuler dans tout les sens en interne. Faites-en de même !

Article classé dans :

Agence LunaWeb,
concepteurs d’expériences web.

Envie d’en savoir plus ? Vous pouvez consulter le site de notre agence, faire un tour sur nos satellites et vous abonner à notre newsletter.